Partenariats

Le secrétariat général de la garde nationale (SGGN) a instauré un bureau partenariats et relations avec les employeurs afin de conduire une politique partenariale active, sur l’ensemble du territoire national, auprès des entreprises, établissements d’enseignement supérieur, collectivités territoriales et autres organismes des secteurs privé et public, dans l’unique but de promouvoir l’engagement des réservistes. En plaçant le réserviste au cœur de ses préoccupations, le SGGN entend faciliter leur emploi en incitant ces organismes à signer des conventions, comportant un dispositif plus favorable, avec la ministre des armées. 

 

Les objectifs de ce partenariat Réserve-Employeurs-Défense

Ce partenariat a pour objet de susciter la promotion de la réserve opérationnelle par les employeurs, mais surtout d’encourager et consolider l’engagement de leurs collaborateurs, en tenant compte des contraintes liées à leur activité professionnelle. Ces volontaires sont des salariés des secteurs privé et public, des artisans, des professions libérales, des étudiants, etc..  En reconnaissant leur engagement, ces employeurs s’offrent une réelle opportunité de resserrer leurs liens avec les forces de sécurité et de défense, tout en contribuant à la résilience de la Nation.  


Par cette convention, l’employeur s’engage à faciliter les périodes d’activité dans la réserve  opérationnelle de ses salariés-réservistes en leur octroyant des conditions plus favorables que celles prévues par la loi, en termes de réduction de la durée du préavis, de souscription à la clause de réactivité et au maintien de la rémunération.  En retour, il peut bénéficier d’un certain nombre d’avantages parmi lesquels la possibilité d’assimiler certaines périodes de réserve à la formation professionnelle continue et de récupérer les coûts salariaux correspondants. 


Le signataire de cette convention peut également se voir attribuer la qualité de « partenaire de la Défense Nationale » (l’article L.4211-1 du code de la défense) et accéder aux informations relatives à la Défense et à la sécurité nationale ainsi qu’au réseau des entreprises partenaires de la Défense.  


Ce partenariat participe également à l’épanouissement des collaborateurs-réservistes puisqu’il leur offre la possibilité de s’inscrire à des formations et des stages proposés par le ministère des Armées. 


Les salariés-réservistes voient ainsi leur engagement civique reconnu et encouragé au sein de leur organisme. La reconnaissance de la mission du réserviste et sa mise à disposition au service de la Nation constitue un acte citoyen de l’employeur, faisant partie intégrante de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).  


Près de 700* employeurs ont déjà signé une convention visant à faciliter l’emploi des réservistes, avec le ministère des armées et les perspectives d’évolution sont importantes compte-tenu de la politique engagée par le SGGN qui porte ses fruits.

 
*(chiffre au mois d’aout 2019)


Les modalités de mise en œuvre et acteurs 

Le bureau partenariats et relations avec les entreprises participe à l’élaboration des conventions et assure leur suivi en liaison avec le réseau des 145 correspondants réserve-entreprise-défense (CRED) qu’elle anime, des réservistes opérationnels, citoyens et anciens militaires admis à l’honorariat de leur grade, disséminés sur tout le territoire.


Les CRED sont les médiateurs de premier niveau entre les employeurs, les réservistes et les forces armées. Ils contribuent à la diffusion du concept de la réserve militaire dans le monde socio-économique de leur zone. A l’horizon 2020, leur nombre devrait être porté à 250 afin d’assurer un meilleur maillage territorial. Subordonnés directement au SGGN, les CRED sont en relation avec les autorités militaires régionales (OGZD, CRGD) et départementales (DMD,CCGD).  


Le développement de ces partenariats repose sur l’action des CRED. Ayant comme mission la promotion des conventions, ils sont chargés d’informer les employeurs sur le rôle de la Garde nationale en faveur des réservistes exerçant au sein de ses 10 composantes. Ils les sensibilisent à la notion d’engagement et leur démontrent la valeur ajoutée que représente un réserviste  pour l’organisme qui l’emploie. Ils les accompagnent également dans l’établissement des conventions visant à faciliter les absences, la disponibilité et la réactivité de leurs réservistes opérationnels.

Le référent défense est un acteur essentiel à la vie de la convention. Il est désigné au sein de l’entreprise co-contractante afin d’incarner le point de contact avec ses collaborateurs réservistes et les forces armées. Il en devient donc l’interlocuteur direct du bureau partenariats et relations avec les entreprises du SGGN mais également des autorités militaires locales et des CRED. 


Le référent défense est un facilitateur des relations entre son entreprise et le ministère des armées.  Ses principales missions, au sein de l’ organisme, consistent à expliquer et promouvoir le statut et l’engagement des réservistes auprès de l’administration et de la hiérarchie, pour faciliter la conciliation entre leur vie civile et leur vie militaire. Il informe le SGGN des éventuelles difficultés rencontrées. 


Il anime le réseau des réservistes au sein de son entreprise, il les encourage à exercer leur activité militaire et à partager leur expérience en participant notamment à l’organisation  d’un évènement pour la journée nationale du réserviste au sein de son entreprise.


Il veille à la bonne utilisation de la qualité de « partenaire de la défense nationale » conformément aux recommandations du secrétariat général de la Garde nationale. 


 

Retour en haut